Comment organiser un bon brainstorming

Le brainstorming, quelle merveilleuse invention pour trouver un nombre impressionnant didées! Mais combien ont été déçu ? Aucun des projets trouvés ne vous intéressait, ou encore vous n’aviez trouver au final qu’un seul concept voire aucun.

Si on imagine que le brainstorming est le chaos le plus total. Quand on arrive à y voir un concept intéressant et potentiellement utile, ce n’est qu’un fragment parmi l’immense possibilité de tout ce qu’on peut trouver suite au brainstorming. Imaginez vous avez 2 morceaux, vous pouvez les associer entre eux… si vous en avez 3 vous pouvez faire 4 associations différentes (2 par deux, et les 3 à la fois). Donc si vous mettez sur le papier 30-60 éléments différents, le nombre de possibilités différents est juste exponentielle. Trouver quelques choses demande toujours du temps et un peu de méthode.

Avant tout, qu’est-ce qu’un brainstorming

Le brainstorming ou « remue-méninge » en français (désolé pour les puristes si je n’utilise pas ce terme) est avant tout un bac à sable. Bac à sable, pour la faire courte c’est un endroit, un moment ou tout le monde doit pouvoir dire tout ce qu’y lui passe par la tête sans se faire critiquer. Je le dis souvent quand je commence une séance « Même la plus stupide des idées peut faire naître un chef d’œuvre dans l’esprit d’à côté ». Pour faire simple c’est un endroit où tout le monde à le droit à la parole.

En général on utilise des mind map pour poser facilement les idées sur le papier ou numériquement. Mais libre à vous d’utiliser ce qui vous semble le plus efficace. Pour vous montrer que ça peut donner Ouvrez la mind map suivante, qui est le résultat d’un brainstorming sur le thème de « Space Coop » en bleu en plein milieu. (J’utilise http://mindmup.com directement connecté à google drive)

 

Le point de départ peut être n’importe quoi. Dans le cas précédent, c’était simplement un thème et la volonté d’un jeu, créer un jeu dans l’espace et en coop (« space coop »). Mais on peut tout imaginer

  • Un thème, une simple idée en quelques mots ou
  • Un prototype, vous voulez améliorer ce que vous avez déjà commencer. Attention vous pourriez partir dans une direction qui vous fera refaire votre prototype depuis 0.
  • Un évènement, noël, 1er avril, … ce peut être un point de départ, bien sûr il faudra noter ce qu’on veut (un jeu, un visuel, un prospectus, un prototype, …)
  • Un problème large, vous avez une question ouverte mais vous ne savez pas comment y répondre correctement, le brainstorming peut être une solution efficace.
  • Un problème précis, vous voulez revoir la maniabilité de votre jeu, c’est une question précise mais tellement de possibilités.

À partir de ce point de départ, vous devriez arriver à rassembler un maximum de bouts plus ou moins gros.

 

Besoin de qui ?

Vous cherchez des idées, en théorie vous pourriez demander à n’importe qui ? C’est vrai qu’il n’est pas nécessaire d’avoir des gens ultras compétents sur le sujet discuté.

Cependant il n’est pas bon d’avoir que des personnes qui n’y connaissent rien à propos du sujet. Si vous voulez faire un jeu sur l’archéologie… c’est mieux d’avoir au minimum des amateurs du sujet. On risquerait de tourner autour du sujet sans jamais avoir une bribe réellement utile. Quelle que soit la méthode que vous utiliseriez, elle aura de toute façon besoin d’un minimum de qualité de la part des personnes présentes.

D’un autre côté avoir des personnes trop compétentes ne permettrait pas d’avoir une vision assez large du sujet. De plus il y aura plus de chance d’avoir des prises de bec. pourrait en bloquer certains, il ne faudra pas hésiter à détendre l’atmosphère, ça prendra juste un peu plus de temps avant que les langues ne se délient.

Mais le plus important est que le groupe se connait déjà en amont. On a besoin ici qu’ils puissent parler librement avec le moins de freins conscients ou inconscient.

 

Si vous voulez que le brainstorming soit efficace, il faut que l’alchimie commence le plus tôt possible. On cherche un groupe qui connaissent un minimum le sujet, avec des membres hétérogènes si possible leur compétence doit être sur un large panel.

Besoin d’un animateur

Une séance a besoin d’un petit groupe de 3 à 7 personnes pour discuter. Souvent on commencera à partir de croquis ou de prototypes ou simplement d’une première idée. Le plus important n’est pas de parler d’un élément ou d’un autre, de parler technique, de pousser dans une unique direction. Il faut être clair que le but n’est pas de mettre en avant une idée qu’une personne aurait au préalable… non le plus important est d’avoir un animateur qui va diriger la séance.

Attention ses idées ne sont pas plus importantes que les autres. Il est seulement là pour pouvoir ralentir la cadence le temps de poser sur le papier tout ce qu’y arrive. Ou au contraire de suggérer un autre angle si celui en cours c’est tari, si plus personne n’a rien en tête pour le moment. Il aura souvent un rôle secondaire pour sublimer toute le brainstorming. Cela ne doit pas vous empêcher de proposer malgré tout. Mais ne vous inquiétez pas si vous n’avez pas le temps trouver quoi que ce soit, c’est que le reste du groupe a assez de moulin à moudre et que vous devez écrire tout ça. Donc qu’un animateur qui propose assez peu est plutôt bon signe !

 

Le contenu

Dans les faits comment se passe la séance ? Vous avez votre animateur, le reste du groupe et une salle tranquille ? Très bien passons à l’introduction.

Il y a deux choses à mettre en place, l’explication du thème de la séance et les règles de celle-ci. Le thème étant à expliquer en quelques mots. Par exemple pour l’exemple du début, j’aurais pu introduire par « Le but est de trouver dans un jeu à faire se passant dans l’espace et privilégiant la coop. Il faudra pour se faire déterminer le gameplay, le style graphique et toutes autres envies que vous aurez en tête ». Pas besoin de plus, le but est plus de lancer la réflexion. Si vous voyez que personne ne parle, vous pouvez toujours entamer quelques angles d’attaques. Dans mon exemple ce pourrait être de commencer à énumérer les gameplays classiques (stratégie, shooter, …)

Pour les règles, qui peuvent être expliquer en tout premier point selon vos besoins. La première règle étant le respect, il est important de ne pas critiquer les idées. Ensuite c’est à vous (ou au groupe) de définir comment prendre la parole. Faut-il lever la main, juste parler pendant un blanc, … évitez au possible de couper la parole. Certains se sentiraient frustrer et donc pourrait éviter de reprendre la parole. Une autre méthode serait que tout le monde mette sur le papier 5 choses pour un axe (exemple le style graphique) puis chacun énonce ce qu’il a écrit. Quelque soit la manière il est important que tout le monde l’entende et que ce soit noté dans un coin (mind map ou autre).

 

N’hésitez pas à faire varier les règles si vous voyez qu’il y a moins d’éléments à arriver. Tout le monde ne réagira pas de la même manière. Mais une fois que c’est lancé il n’y a plus qu’à suivre. S’il y a un manque ne vous inquiétez pas. Comme noté avant, vous pourrez changer vers un autre axe que vous n’auriez pas assez réfléchit selon vous (ou selon quelqu’un d’autre). Par exemple on a parlé du gameplay et quelqu’un aurait énoncé pourquoi pas un « Bac à sable ». Oui très bien mais c’est quoi ? Vous pourriez par exemple continuer à chercher d’autre gameplay, et revenir plus tard sur la définition de celui-ci ou le définir directement.

Le brainstorming prendra fin si vous avez dépassé l’horaire (entre 1 et 4h selon vous) ou si vous avez fait tout le tour du sujet. Plus rien d’utile n’est donné. S’il y a encore beaucoup de chose à discuter, vous pourrez toujours faire une seconde séance.

 

La suite

Une fois que vous aurez terminé, vous aurez sans doute quelque chose comme la mind map, vous noterez qu’il y a 2 points bleus et des points rouges. Suivant des règles de lectures qui nous avait semblé important. Le rouge étant ce qu’on voulait éviter.

Bref vous aurez une bonne quantité d’idées, qu’elles soient abstraites, précises ou non la qualité n’est pas le plus important. À l’origine Osborn (l’inventeur du brainstorming) voulait aider les groupes à créer une longue liste d’idées en peu de temps. On a supposé qu’un groupe plus restreint examinerait, critiquerait et débattrait plus tard.

C’est donc cette seconde partie et elle est la plus importante, et de loin ! Vous avez maintenant une liste assez longue de points, d’idées … Beaucoup s’arrêtent là et seul l’organisateur reprend ce qu’y a été trouvé durant la séance. Ainsi seul SA PROPRE vision en ressortira ! Certes c’est déjà génial vu qu’ils ont sur le papier des idées qu’ils n’auraient eux-mêmes sûrement jamais imaginé. Mais inconsciemment ils n’utiliseront jamais les idées qui vont contre les leurs. Il leur sera donc impossible d’utiliser pleinement le travail effectué.

Une solution que j’utilise pour trouver des idées d’articles, ou même pour trouver des idées de jeu comme celui-ci. Demander à chacun des participants de relire à froid, de rassembler chaque fragment pour trouver des idées. Selon la motivation de chacun, ils arrivent à en lister entre 1 et 5. On peut alors toutes les rassembler et avoir une liste de projet concret. Enfin on peut passer par une phase de vote pour savoir quelles sont les projets les plus intéressants pour tout le monde. J’insiste sur le pluriel, l’élément qui ressort le plus ne sera pas forcément faisable et chacun peut rebondir sur un projet qui lui plait vraiment et tester par lui même.

 

Les points clefs

Maintenant que vous savez ce qu’on souhaite obtenir, voici quelques conseils pour augmenter l’efficacité.

Le lieu est important : Comme pour n’importe quelle activité, si vous êtes dans un lieu calme et confortable. Il sera d’autant plus facile de vous concentrer. Évitez d’utiliser la même salle de réunion que vous utilisez tout le temps, les participants auront l’habitude de réunion interminable et partiront avec un handicap. Autrement dit un lieu neutre, ce peut être une salle de réunion que vous n’utilisez jamais, ce peut être une arrière salle d’un bar, …

Prévoyez de quoi écrire : Certains ont besoin d’écrire, faire une mind map est utile, mais c’est plus le résultat, permettez donc à chacun de s’exprimer comme ils en ont besoin. Un tableau blanc, des feuilles de papier …

De quoi manger : Si vous devez rester un moment, il est préférable de prévoir de quoi manger et boire pour rester en alerte, vous pourrez toujours faire des pauses, mais ce serait dommage de s’arrêter alors que la machine a été lancée.

Un but précis : L’animateur de la réunion doit présenter en début de session le thème de celle-ci. Un mot ou une question claire, qu’il devra proposer au groupe. Attention claire ne veut ne pas dire concret, il peut être aussi abstrait qu’on le veut, mais les termes utiliser doivent être compris de tous. Ce thème doit être en accord avec le groupe, comme expliqué avant, si personne ne comprend ce dont vous parlez, personne ne pourra vous aider à trouver quoi que ce soit. Une fois expliqué, n’hésitez pas à répondre à toutes les questions pour commencer à délier les langues et que tout le monde parte sur la même base.

Briser toutes critiques : Ne laissez pas les gens critiquer négativement les idées, vous pouvez leur dire qu’il y aura des sélections à la fin. Mais sinon il est vite fait de tomber dans des combats stériles qui ne feront que pourrir l’ambiance et la session. N’allez pas non plus trop loin, pas besoin de partir dans des détails. Si c’est le cas, n’hésitez pas à avancer ou à reporter les détails. Par contre, n’empêchez pas les questions pour comprendre un élément.

Savoir animer : Diriger la réunion demande de savoir écouter et passer la parole ou gérer une file de personnes demandant à proposer. Tout le monde n’est pas fait pour animer, cela demande une personnalité et une bonne capacité d’écoute. Un must have est un animateur connaissant bien le groupe et pouvant aider chacun à s’exprimer, c’est lui qui va gérer la mind map (que ce soit sur écran ou sur tableau) il va donc passer son temps à écrire, faire des pauses tous en écoutant. Attention à ne pas perdre le fil ! Si c’est le cas, n’hésitez pas à demander une petite pause. Le rôle du animateur va donc plus d’être à l’écoute plutôt que d’être le moteur de la session ce qu’y peut être frustrant, donc n’hésitez pas à bien le sélectionner en avance.

Donner l’objectif final : Prévenez que l’objectif est de trouver une idée de jeu, un projet, la forme d’une maison à construire, la couleur du mur de la salle de bain … Elle sera importante pour initier la discussion et trouver les éléments finaux lors de la phase suivante lorsque vous demanderez à chacun des idées construites. Si besoin vous pourrez assigner quelques personnes pour en tester ou juste aller plus loin dans la réflexion.

 

 

Références

http://www.garylilien.info/publications/66%20-%20New%20Brainstorming%20Prin.pdf

https://www.wikihow.com/Brainstorm

https://archive.org/details/Jonah_Lehrer_on_Brainstorming

http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1002/ejsp.210/abstract

http://www.scottberkun.com/blog/2012/in-defense-of-brainstorming-2/

http://www.scottberkun.com/blog/2012/creative-thinking-hacks-video/

How to run a brainstorming meeting

How To Run a Design Critique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *